Actualité échangeur A86 Saint-Denis

Bilan de la première phase de la concertation : des propositions inadaptées de la Dirif

La concertation publique, débutée le 20 novembre 2017, ne permettra pas de choisir une des options initialement proposées. En effet, toutes comportent des points inacceptables aux yeux des riverains, tant sur la qualité du tissu urbain proposé que sur la sécurité pour les usagers :

  • A – aberration de créer un échangeur double entrées et triple sorties dans une zone d’habitations concomitant à la création d’un éco-quartier et d’une densification de population ;
  • B – distance trop courte : 700 mètres de portion d’autoroute pour tout implanter, c’est le réseau local qui deviendra donc une zone de stockage du trafic autoroutier ;
  • C – voiries locales déjà surchargées, prévoyant une réduction de ses voies allouées aux voitures ;
  • D – Distances trop faibles sur le réseau local pour amortir les charges du réseau magistral. De ce fait, les pollutions seront majorées par la création de zones de ralentissements ;
  • E – enclavement du quartier par rapport au reste de Saint-Denis. Deux  sorties sont prévues sur le boulevard de la Libération ainsi que deux entrées sur le boulevard Anatole France. Où passent les mobilités douces ?
  • F – nuisances sonores, visuelles et lumineuses aux riverains. Création de vibrations par le passage des véhicules trop proche des habitations.
  • G – impacts sur des zones classées UVM avec destruction d’une biomasse trentenaire. En effet, espaces de pleine terre luttant contre les ilots de chaleur et seuls poumons verts du quartier, reconnus comme tel lors de la création du PLU, les riverains combattront tout projet impactant de près ou de loin ces espaces.
  • H – Risque de dommages aux structures d’habitations à proximité du chantier
  • I – Non-respect de la charte signée avec la WWF à l’occasion de la candidature des JO 2024
  • J – Non-respect des objectifs environnementaux fixés par la société du grand Paris, la mairie de Paris et réinventons la métropole.
  • K – Non-respect du refus des riverains pourtant plusieurs fois exprimé et formalisé.

Pour conclure, nous rappellerons notre incompréhension quant au choix de présentation des variantes. Les A, C et D sont irréalisables car une route au droit des habitations n’est tout simplement pas réglementaire. La perte d’argent public à l’étude de ces variantes et la perte de temps lors des concertations publiques (temps déjà trop court pour tout aborder) imposait l’abandon de ces solutions bien plus en amont du projet.

L’absence de modélisations 3D n’ont pas permis la bonne compréhension du projet par la quasi-totalité des parties prenantes.

Toutes les éventualités n’ont pas été étudiées et présentées dans le cadre de cette concertation.

Plusieurs voiries à venir n’ont pas été prises en compte dans l’élaboration des variantes.

La classification des emprises et leur rôle écologique n’ont pas été pris en compte.

La projection des zones de travaux et la multiplication de celles-ci durant la période de réalisation du projet n’ont pas été intégré dans la réflexion sur les opportunités.

Toutes ces observations aboutissent donc au rejet des variantes présentées pour la complétude de l’échangeur.

La seule opportunité possible serait la réalisation d’une nouvelle variante co-construite, recentrant les problématiques sur les contraintes écologiques et urbaines. Cette variante devra intégrer un meilleur équilibre des bénéfices/contraintes entre la dimension locale et régionale du projet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s